CalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionFAQ

Partagez | 
 

 Dans le brouillard... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
 avatar
 
 ℓ Habitant Non Identifié
Messages : 25
--------------------------

--------------------------
MessageSujet: Dans le brouillard... [PV]   Sam 26 Nov - 19:36

... On ne voit rien ♫
Privé à Elrikan


HRp :
 






Minuit. Une heure où il est peu recommandable de sortir. Dans une ville, au beau milieu de la nuit, nous pouvons voir des lumières, la lune même, nous pouvons voir où nous mettons les pieds. Mais en ville, la nuit, tout est souvent très calme. Un petit bruit de rien du tout peut nous faire sursauter. Mais cette réaction est telle car nous le savons ; la nuit, en ville malgré la lumière, nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise rencontre qui peut facilement tourner au cauchemar… Loin des cités, tout est différent, mais pourtant tout est identique… Les lumières ne sont pas les mêmes. Certes, la lune reste toujours présente, mais éclats artificiels sont remplacés par des éclats froids, lointains. Les étoiles. Cependant, elles sont loin d’illuminer autant que les autres sources de lumière… Loin des cités, il fait bien plus sombre, l’atmosphère y est bien plus inquiétante. Sans la lune, on ne sait pas où l’on met les pieds. L’herbe est souvent présente sur le sol, et amortit le bruit des pas. Un lieu comme cela est bien angoissant, et nous sommes loin de la sécurité de la ville, qui pourtant n’empêche pas de mauvaise rencontre fatale.
À minuit, on ne voit rien, on ne sait pas où mettre les pieds. Rien ne peut nous empêcher de glisser, tomber dans un trou, un fossé, et ne plus pouvoir retourner sur la terre ferme. Il est très dangereux de se promener en terrain inconnu, loin des villes, la nuit. Mais le pire, c’est la présence d’un second élément, en plus du noir : le brouillard. Il est terrible, tout simplement. Il ne nous permet pas de voir à quelques mètres devant soi, que ce soit dans la campagne ou dans la ville. Les lumières ne pénètrent souvent pas cette masse d’apparence nuageuse, qui n’est pas douce mais plutôt inquiétante. Qui n’a jamais cru voir arriver, un soir de brouillard, deux yeux lumineux, qui disparaissent quand on les regarde ? Qui n’a jamais vu, par temps de brouillard, près d’une zone dégagée, un feu follet seul, perdu, à la recherche d’une âme errante à attaquer ? De nombreuses légendes naissent à cause du brouillard. Mais maintenant, la pire situation est de se trouver près d’un précipice, au milieu d’une nuit noire et sans lune, par temps de brouillard. Si l’on ne connait pas le lieu, on risque de tomber dans le précipice, de tomber dans l’eau glacial et de se noyer. Mais bien évidement, personne n’est assez bête pour se promener près d’un précipice par un temps pareil, si ?

- Aaaaargh !!

Eh ben si…
Le cœur battant à tout rompre, Scorpio s’éloigna de la falaise, un peu tremblant, tandis que son cri s’en allait par écho, très loin dans le brouillard. Le jeune homme recula de quelque pas puis s’assit sur l’herbe, espérant que le brouillard se lèverait bientôt pour trouver un endroit sec où aller sans tomber dans la mer… Il s’était retrouvé ici après avoir quitté ce chat de malheur, qui semblait vouloir dresser l’indien ; Non mais ! Comme si Scorpio allait se laisser faire. Il avait donc marché depuis la grotte de cet affreux matou et, entre temps, le brouillard s’était levé. Il avait continué à marcher, même s’il le voyait rien, espérant atteindre un endroit au sec… Mais non, à la place, il avait trouvé l’océan. Ironie du sort, que de trouver de la flotte quand on veut s’en éloigner ! Le jeune homme resta assis à attendre, pensant que son frère devait bien rigoler de le savoir dehors par un temps pareil… Et il ne pensait pas que son cri d’avant c’était peut-être fait entendre par quelqu’un…

_________________


Scorpio fan club ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 avatar
 
 ₰ Prince
Messages : 68
--------------------------

--------------------------

Identité du personnage
Prénom du personnage: Elrikan
Métier: Prince héritier
Caractéristiques et relations:
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Jeu 1 Déc - 2:53

..Nous croisons parfois le reflet de ce que nous semblons voir.




    Lorsque ses deux pieds furent à nouveau côte à côte sur le sol, il rouvrit les paupières. Il avait quitté sa planète alors que le soleil brillait très haut dans le ciel. Désormais, il faisait nuit noire. En plus du brouillard, cet ennemi perfide et déloyal. Il vous brouillait la vue, que vous soyez le dernier des idiots ou le plus saint des hommes, il en n’a que faire. Vous ne pouvez rien contre lui, se qui est d’autant plus rageant. Alors, tant que ne pouvoir avoir le dessus, ne reste qu’à faire avec. Ennemi devenu allié. Hypocrisie ou ruse? Croyez ce que vous voulez.

    Elrikan leva le regard vers les cieux. Si, ici bas, un labyrinthe vaporeux s’était levé, là-haut, tout était d’une netteté impeccable. La lune, par son aura naturellement pâlotte, s’aurait probablement distingué de la toile obscure qu’était les cieux. Malheureusement, bien qu’élégante et d’une luminosité à n’en pas douter, elle n’aurait guère aidé à éclairer le monde d’ici. Sa douce lumière aurait été captée par les nuages vaporeux et retenue par ceux-ci, donnant une certaine ambiance fantastique à l’endroit.

    On n’y voyait donc strictement rien. Notre prince eut tôt fait de le remarquer. Il pivota sur lui-même plusieurs fois avant de se rendre compte que, peut importe la direction empruntée, il ne serait pas plus avancée. Il n’y avait aucun repère, rien pour lui dire d’aller par cette voie plutôt qu’une autre. Le chemin qu’il emprunterait serait purement et simplement choisi par hasard.

    Oh, mais l’endroit était sûr, n’est-ce pas? Il n’y avait aucun danger à se promener ainsi, sans regarder devant soi. Après tout, d’après la théorie des siècles antérieurs, les planètes n’étaient-elles pas pour la plupart sphériques? Aucune chance, donc, qu’il passe tout droit et tombe..

    Il se mit en marche, sous la nuit étoilée, entouré d’un brouillard uni. Il n’y avait aucun guide, aucuns objets, aucun phare pour lui laisser entendre que sa promenade le mènerait près de la civilisation. Or, intérieurement, il se fichait éperdument de ne pas arriver immédiatement dans la société. C’était même une bonne chose; plus de temps cela prendrait, plus de temps il serait débarrassé de ce peuple aux idéaux arrêtés. Bien sûr, il devrait revenir un jour ou l’autre. Mais, cela, c’était autre chose…

    Soudainement, il entendit une voix lui parvenir. Un cri, plus précisément. Féminin ou masculin? Il n’aurait sut le dire.

    Il tenta de repérer son origine en se référant à tous indices possibles. Il finit par diverger sa route pour suivre celle de l’appel qu’avait été lancé. En tant que guerrier, s’il y avait bataille à livré, il se devait de se dresser devant. Ne serait-ce que par ennuis.

    Il continua sa route aveugle, incertain de trouver quelqu’un au bout de la ligne. Ou un combat. Ou les deux. Elrikan soupira, continuant à marcher pour la forme. Qu’il marchait avec un objectif en tête ou non, ça ne changeait pas grand-chose à l’équation.

    Brusquement, un obstacle se présenta devant son pied gauche. Évidemment, dans les pénombres, il ne le vit point. Il arriva donc ce qu’il devait arriver; il trébucha élégamment et s’étala de tout son long sur la verdure. Ses flancs heurtèrent violement le sol, mais il étouffa toutes plaintes. Jamais, au grand jamais, il ne plaindrait d’une douleur aussi grotesque. Il se retourna vivement sur le côté et discerna malgré tout une silhouette floue dans l’ombre de la nuit. Il plissa les yeux, tentant de mieux identifier la personne –au moins pour savoir s’il avait affaire à une dame ou un homme, mais il ne vit qu’une longue chevelure… violette?!?

    Étonné, il se redressa, oubliant momentanément sa chute. Il approcha sa main de l’inconnu et saisit l’une des mèches de couleur. C’était de vrais cheveux. Il la relâcha tout aussi rapidement, peu courtois.

      -Êtes-vous un homme ou une femme?

    Sa voix était neutre, mais un fin observateur aurait remarqué la légère pointe de curiosité transpercée dans son ton.

_________________


Dernière édition par Elrikan le Mar 28 Aoû - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers-aastra.bb-fr.com/t84-elrikan
 avatar
 
 ℓ Habitant Non Identifié
Messages : 25
--------------------------

--------------------------
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Lun 5 Déc - 18:32

Toujours assis dans l’herbe fraîche, Scorpio luttait pour ne pas s’endormir. En effet, s’assoupir dans l’humidité et le froid n’était pas de ce qu’il y avait de plus sain. Il resta donc là, les bras croisés, à attendre, interminablement, que ce fichu brouillard se lève une fois pour toutes. À un moment précis de son attente, il dut reconnaître qu’il se sentait bien seul. Il songea alors qu’il donnerait n’importe quoi pour un peu de compagnie… et perçut une présence à ses côtés. Surpris, il se demanda s’il ne rêvait pas ; Comment quelqu’un pouvait se retrouver dans cet endroit, alors qu’il n’y avait qu’une chance sur mille qu’il ne vienne par ici ? Le jeune homme réfléchit un moment, puis trouva une raison à l’arrivée de cette personne : Son cri d’effroi d’il y a un instant, après avoir découvert la falaise. Il oublia l’individu en restant plongé dans ses pensées… Puis la vérité lui revint aussitôt quand il sentit qu’on lui attrapait certaines mèches de cheveux… Scorpio ne put retenir un petit cri de frayeur, et il recula, tout en se tournant vers la personne… Qu’il ne put voir parfaitement, faute de clarté. Se sentant un peu petit, assis par terre comme cela, l’indien pensa à se lever pour faire face à la personne… Jusqu’à ce qu’il entende ses paroles.

- Êtes-vous un homme ou une femme ?

Voici donc un individu qui ne savait pas ce qu’était Scorpio… Le jeune homme se retint de soupirer. Ce genre de situation lui était arrivée plusieurs fois, mais pas tellement. Qu’avait-il fait, dans ce moment-là ? Il ouvrit la bouche, pour la refermer aussitôt. Non, il ne tentait pas d’imiter le poisson rouge ; des souvenirs des conditions précédentes lui étaient venus à l’esprit. Scorpio ne voulait pas répondre tout de suite, enfin il ne voulait pas avouer la véritable réponse à la question immédiatement. Non, il voulait s’amuser un peu… Il voulait voir jusqu’où irait son petit jeu…
Le jeune homme réfléchit deux secondes, histoire de savoir ce qu’il allait répondre. Il devait se l’avouer ; les cours de langue de ce maudit chat avaient fini par servir à quelque chose… Quand enfin il sut quoi dire, il adapta sa voix pour qu’elle ai l’air le plus féminin possible – Si, si, il peut le faire, vous voulez l’entendre ? – puis il bégaya, d’une voix à l'accent montrant qu'il venait d'une tribu indienne, mal assurée – et plutôt féminine, ne l’oublions pas ! – :

- E-euh… Vous n’allez p-pas vous attaquer à une j-jeune femme sans défense, non ?

Amuses-toi bien, Scorpio… Mais si tu as des ennuis, ne me tiens pas comme responsable !

_________________


Scorpio fan club ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 avatar
 
 ₰ Prince
Messages : 68
--------------------------

--------------------------

Identité du personnage
Prénom du personnage: Elrikan
Métier: Prince héritier
Caractéristiques et relations:
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Lun 12 Déc - 2:59


    L’individu ne sembla point surpris de la question; indice que son sexe n’était guère facile à identifier. Malgré le flou de sa vision, il voyait bien qu’il était plus grand que l’autre personne. Même assit, il le dépassait. Ainsi, la personne n’était pas très grande non plus.. Mais cela ne voulait rien dire. Ça ne l’avançait pas dans ses déductions. S’il n’était pas si blasé, il aurait probablement réussi à capter quelque chose lui permettant de lever le voile sur ce léger mystère. Or, il se fichait bien de deviner le genre de son vis-à-vis. Bien sûr, c’était légèrement handicapant; devait-il utiliser le pronom "il" ou "elle"? Tant pis; s’il ne répondait pas à sa question, il le qualifierait comme étant féminin.

    Le temps qu’ELLE réfléchisse, il se détourna. Elle prenait beaucoup de temps pour une question aussi simple. Cela cachait quelque chose, il en mettrait sa main au feu. Elle n’allait pas lui répondre franchement, il en était certain. Il ne savait pourquoi, mais il était sûr qu’elle mentirait. Peut-être était-ce parce que sa question était plutôt saugrenue? Il n’empêche qu’elle restait de base. Puis il avait le facteur brouillard de son côté, c’était une bonne excuse pour vouloir une telle information.

      - E-euh… Vous n’allez p-pas vous attaquer à une j-jeune femme sans défense, non ?

    Une jeune femme, avait affirmé la timide voix féminine? Il ne la croyait pas une seule seconde. Il détectait dans le ton un léger accent. Il aurait été facile d’accuser sa légère hésitation d’avant par son accent; peut-être réfléchissait-elle seulement à quels mots employés? Non, définitivement. Malgré le bégaiement, l’assurance quasi-inexistante, la phrase était bien formulée, les mots trop bien adaptés. Mensonge. Il ne marchait pas une seule seconde.

    Mais à quoi bon se disputer sur un tel sujet? C’était futile, il s’en fichait bien. De toute manière, avec tout ça, il pouvait presque être certaine que son raisonnement suivant était le bon; ce n’était pas une femme, mais un homme. Alors, pourquoi se faire passer pour une femme? Il n’y avait rien à y gagner… À moins que… Oui…

    S’il voulait jouer, il trouverait un adversaire à sa taille. Dans l’art de la manipulation et de la feinte, il était le meilleur. Combien de fois avait-il dû feindre l’innocence pour une périlleuse mission? Beaucoup de fois, trop peut-être. Or, il avait sût retenir de ses erreurs et, ainsi, perfectionner son jeu d’acteur. Il était désormais infaillible dans cet art.

    Il se retourna vers la jeune femme –ou jeune homme, qu’importe. Elle regrettait de lui avoir compté un mensonge pareil. Elle avait bien failli l’avoir; son adaptations féminine était splendide, indiscutable. Sur un autre, elle aurait réussi. Pas sur lui.

    Il tenta de discerner quelque chose en travers la brume, mais rien. Il se renfrogna un instant; il détestait perde l’un de ses sens, même s’il avait travaillé au cours de sa vie sans sa vue. C’était malgré tout déroutant. Il détestait ça, ce sentiment d’infériorité. Mais il ne pouvait y faire grand-chose.

    Il prépara sa voix la plus mielleuse possible, souriant –avec arrogance- à son interlocuteur.

      - Pourquoi ferais-je une telle chose? Je ne m’attaque pas aux femmes… Surtout pas à une dame aussi peu ordinaire que vous.

    Ces mots lui écorchaient la gorge, il détestait cela. Mais c’était impérial pour l’avancement de son plan; ah, il allait s’amuser. Pour une fois, il prendrait plaisir à le faire tourner en bourrique. Habituellement, il ne se serait pas laisser faire une telle chose. Mais, ici, bloquer dans le brouillard, n’aillant aucun endroit où se cacher de sa famille, il n’avait pas énormément de chose à faire. Il allait s’ennuyer, alors, tant qu’à avoir une source de distraction entre les mains…


      - Mais, dites-moi, comment une beauté telle que vous s’est-elle perdue dans un lieu aussi dangereux?

    Il prit, comme la dernière fois, quelques cheveux violets dans sa main, un grand sourire étalé sur son visage. Cette fois, il y alla plus doucement. Même en dehors de son jeu, il devait avait avoué que ces cheveux insolites l’étonnait autant que l’intriguait.

_________________


Dernière édition par Elrikan le Mar 28 Aoû - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers-aastra.bb-fr.com/t84-elrikan
 avatar
 
 ℓ Habitant Non Identifié
Messages : 25
--------------------------

--------------------------
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Mar 20 Déc - 19:34






Scorpio ne sait pas parler français ♪


Juste après son affirmation – même si l’on ne peut pas qualifier ça comme tel – Scorpio songea à autre chose… Non pas qu’il s’en fichait totalement de la réaction de l’autre personne, mais il repensait encore à ce fichu félin qui l’avait embêté pendant un long moment. Décidément ! Il ne pouvait pas se le sortir de la tête. À croire que le matou l’avait hanté à jamais. Ou alors, l’auteur de ce texte ne voulait pas commencer par une prise de parole, c’est possible aussi. ♪ Donc, l’inconnu prit la parole, et le jeune homme se concentra sur ses paroles…

- Pourquoi ferais-je une telle chose ? Je ne m’attaque pas aux femmes… Surtout pas à une dame aussi peu ordinaire que vous.

Après un temps d’adaptation aux paroles, Scorpio haussa les sourcils, l’air assez surpris. Quand l’autre disait « peu ordinaire », il voulait dire… ? Il n’eut pas le temps de se perdre à nouveau dans son dédale de pensées ; L’inconnu se remit à parler.

- Mais, dites-moi, comment une beauté telle que vous s’est-elle perdue dans un lieu aussi dangereux ?

Dangereux ? Cet endroit ne l’était pas vraiment. Du moins, l’indien trouvait que ce coin de la région n’était pas vraiment le lieu le plus dangereux qu’il avait vu… Enfin bon. Mieux ne fallait rien laisser paraître, s’il voulait jouer son « rôle » correctement… Mais, vraiment. Faillir tomber dans un précipice menant à la mer, dans la nuit obscure et le brouillard épais, était bien moins dangereux que de traîner avec ce maudit chat de pacotille, qui donnait des conseils à la noix et qui ne savait pas faire trois pas sans trébucher sur un caillou… Encore ce minou ! Franchement, depuis que Scorpio l’avait quitté, il ne pouvait définitivement pas l’oublier. Il leva un bras et se tapa la tête pour remettre ses idées en place, tout en espérant que l’autre personne ne le voit pas faire ça, puisqu’il n’avait pas envie d’être plus ridicule qu’il ne l’était à penser au chat… Et mince ! Voilà qu’il y resonge… Il secoua la tête, puis les premières paroles de l’homme lui revinrent à l’esprit… « une dame aussi peu ordinaire que vous », avait-il dit. Certes, vous l’aviez vu, vous n’êtes pas des poissons rouges, vous n’avez pas oublié. Mais je vous le rappelle quand même, rien que pour rallonger un peu ce Rp de débilités ! Scorpio essaya de se souvenir de la chose qu’il avait pensée à ce moment-là… Et elle arriva comme un cheveu sur la soupe. Il n’avait pas vraiment compris ce qu’avait dit l’inconnu… Du coup, il avait assimilé ces paroles d’une drôle de façon. Il reprit alors sa voix plutôt féminine – Ben oui, sinon c’est pas crédible – et annonça :

- C’est gentil de dire que je suis paranormal…

Non, ne riez pas ! Et l’oubli du « e » est volontaire… Scorpio se tint la tête, réfléchissant à quoi dire, puis il continua, toujours dans la même voix :

- Euh, en fait… euh… Je suis sorti de chez moi et… euh… voilà…

Il se retourna et marmonna pour lui-même, dans sa langue natale, tout en priant que l’autre ne l’entende pas :

- [ Mais qu’est ce que j’ai l’air débile quand j’arrive pas à parler… ]









_________________


Scorpio fan club ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 avatar
 
 ₰ Prince
Messages : 68
--------------------------

--------------------------

Identité du personnage
Prénom du personnage: Elrikan
Métier: Prince héritier
Caractéristiques et relations:
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Mer 4 Jan - 4:14

    Elrikan laissa un temps passé entre eux, ne tentant en rien de reprendre la parole. Que l’homme-femme lui réponde ou pas, cela lui importait que très peu. En venant ici, mobilisant un minuscule fragment de son attention pour cette personne, il n’avait guère recherché une conversation très poussée, uniquement un moyen de passer outre l’ennui. Seulement penser à autre chose pendant quelque instant. Ou plutôt ne rien penser. Oublier ceux qui le cherchait, ceux qui l’ignorait ou tout autres groupes. Seulement… seulement profiter du mauvais temps l’obligeant à une mobilité réduite.

    En même temps, pour un ex-soldat froid et haineux, il avait prit la parole beaucoup plus souvent que les deux dernières semaines réunies. Ce n’était plus à lui de s’avancer sur le grand théâtre qu’était la vie. Il se désintéressa de l’autre… humanoïde… et observa les cieux, la tête dans les vagues. Sans vraiment avoir un certain rapport avec ses précédentes réflexions, il se questionna sur la nature de son compagnon de fortune. Un lionceau aux yeux rubis, ça ne courait par les rues. Peut-être était-il albinos ? Sa fourrure immaculée concorderait bien avec ses magnifiques orbes. Pourtant… Les animaux n’étaient, naturellement, pas dotés de pouvoir de télépathie, n’est-ce pas ?

    …n’est-ce pas ?



      - C’est gentil de dire que je suis paranormal…

    La voix de son interlocuteur –ou interlocutrice- chassa ses pensées comme neige au soleil. Il devait avouer être étonnamment surpris de cette reproche. Il ne se souvenait pas du tout avoir insulté l’autre, même au contraire. Puis, quand avait-il parlé de normalité ? Il lui avait susurré être ¨peu ordinaire¨, mais cela ne voulait pas dire qu’il était paranormal… Loin de là même. C’était ni plus ni moins un compliment, cachant un sous-entendu qui avait, selon la situation prit dans le mauvais sens.

    Il y avait aussi le masculin employé dans le dernier mot qui le troublait légèrement… Bien sûr, il y avait toujours une marge d’erreur lors de prise de parole et le ¨e¨ manquant ne pouvait être qu’involontaire. Pourtant, ça le turlupinait…



      - Euh, en fait… euh… Je suis sorti de chez moi et… euh… voilà…

    On ne pouvait être plus clair ! Il secoua la tête, consterné. Au final, il était lui aussi perdu. Merveilleux, tout simplement merveilleux ! Comment faire pour reprendre son chemin en toute sécurité s’il ne savait même plus quel chemin il avait emprunté ? Si le brouillard ne se levait que deux jours plus tard, il ferait quoi pendant tout ce temps ? Et les vivres ? L’ennui ? Au moins, il ne serait point seul dans la même situation. C’était peut-être égoïste comme pensée, en plus d’être fausse à ses yeux, mais il était vrai qu’ils étaient tout les deux dans le même pétrin. Il soupira, se prenant la tête, déjà épuisé.

    Malgré la voix féminine, il commençait de plus en plus à douter de l’affirmation sur son sexe. S’il réunissait tous les indices qu’il avait obtenus en l’observant attentivement, il pouvait déduire que l’homme parlait une autre langue. L’emploi du mot ¨homme¨ étant volontaire ; un être comme lui ne pouvait être une femme, c’était presque inconcevable. Il ne pourrait décrire son raisonnement complet, mais il était certain de sa justesse.

    Il laissa son sac de tissu glisser doucement de son épaule jusqu’à venir dans ses bras. Il sentait son félin commencé à s’agiter dans son petit dortoir. Il ouvrit la fermeture éclaire et y délogea son petit démon aux iris rouges. Il le laissa se blottir sur ses cuisses, le caressant pensivement. Il ne savait que répondre à l’autre. Allait-il seulement répondre ? Il pourrait très bien se taire et partir, le laisser là, pantelant. C’est probablement ce qui se rapprocherait le plus de son attitude quotidienne. Pourtant, s’il partait, se serait pour aller où ?

    Il laissa ses doigts s’égaré dans la fourrure de son animal, réfléchissant à la manière de retourner la situation en sa faveur. Or, que pouvait-il bien répliquer à sa dernière phrase ? Rien. Absolument rien. Il soupira silencieusement, se massant le front.

    Une idée germa dans son esprit, qu’il entreprit de mettre immédiatement en profit. Ses déductions s’étaient révélées justes ? Peut-être. Probablement. Certainement. En fait, il calculait une marge d’erreur de 25%, ce qui était plutôt faible. Non négligeable, certes, mais faible. Or, y aller d’un coup direct serait trop imprudent. Il fallait revoir la méthode adéquate. Heureusement, il savait s’y faire en manipulation.


      -De quel contré viens-tu ? Tu n’es pas d’ici, tu parles une autre langue. Je ne la reconnais malheureusement pas, même si elle ressemble énormément à de l’Allemand.

    Il réfléchit, plus ou moins concentré sur les paysages devant lui.

      -Pourtant, tu portes des caractéristiques physiques qui me font doutés sur ta nationalité. J’aurai besoin de toi pour m’éclairer.

    Il caressa une dernière fois la tête du lionceau blanc, puis se retourna vers l’être aux cheveux violets.

      -Tu ne rassemble pas à un Allemand… Ni a un habitant de ma planète natale, d’ailleurs.


    L’emplois masculin étant de son plein gré, il ajusta un regard implacable sur son visage.


Hors-Rp:

_________________


Dernière édition par Elrikan le Mar 28 Aoû - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers-aastra.bb-fr.com/t84-elrikan
 avatar
 
 ℓ Habitant Non Identifié
Messages : 25
--------------------------

--------------------------
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Ven 10 Fév - 18:29


Mais qu'est ce qu'il raconte ?!


HRp :
 






Restant assis et l’air las, Scorpio attendit que l’autre personne réponde ou non. Enfin, ça lui importait peu d’entendre ou pas une réponse. Traduire de mémoire et réfléchir pour trouver une réponse potable commençait à l’agacer. Il patienta un moment, n’entendant pas de voix lui parler. Le jeune homme songea à ce que la personne était partie sans prévenir, mais il lui semblait toujours sentir une présence à côté de lui. Il croyait même en sentir une deuxième. Illusion dans le brouillard et la nuit ou réalité ? Scorpio ne chercha pas à le savoir, cette deuxième chose – si elle existait – n’était sûrement pas agressive…

- De quel contrée viens-tu ? dit soudainement l’inconnu. Tu n’es pas d’ici, tu parles une autre langue. Je ne la reconnais malheureusement pas, même si elle ressemble énormément à de l’Allemand.

« Aleman » ? Scorpio prit un air surpris en entendant ce mot, même si son visage restait invisible dans le brouillard… Il n’avait auparavant jamais entendu un mot pareil. Mais il préféra ne pas poser de questions. Peut-être avait-il juste mal entendu, ou la personne s’était trompée de mot… L’indien se rappela alors que son interlocuteur avait dit « Tu n’es pas d’ici ». Attendez une minute… Scorpio venait d’ici ! Enfin, d’un peu plus loin, mais il était originaire de cette terre ! Tssk, les gens d’ailleurs étaient toujours pressés quand ils parlaient… Ils ne réfléchissaient même pas à ce qu’ils disaient !

- Pourtant, tu portes des caractéristiques physiques qui me font douter sur ta nationalité. J’aurais besoin de toi pour m’éclairer.

Scorpio se retint de lâcher un cri d’incompréhension… L’éclairer avec… Quoi ? Avec quelque chose ? L’inconnu voulait une lampe ? Voilà qui devenait de plus en plus étrange ! Le jeune homme ne comprenait plus trop. L’autre personne semblait enchaîner des phrases dénuées de sens… Plus le temps passait, plus Scorpio se demandait ce qu’on lui voulait… Et puis, qu’est ce qu’était une « nationalité » ? Un… hybride d’un animal déjà connu ?

- Tu ne ressembles pas à un Allemand… Ni à un habitant de ma planète natale, d’ailleurs.

Alors ce mot n’était pas une erreur ! Il l’avait à nouveau dit ! Si Scorpio l’avait voulu, il se serait enfuit à toutes jambes en hurlant qu’il ne comprenait rien. Mais ce n’était pas très malin de faire ceci… Il réfléchit un instant pour trouver ses mots, puis annonça :

- Je ne sais pas ce que c’est, un « alman »…

Voilà, ceci a été dit. Il fallait maintenant continuer à dire quelque chose… Cette simple phrase ne suffisait pas !

- Mais c’est que la lune n’éclaire pas bien dans ce brouillard…

Tu t’enfonces Scorpio, tu t’enfonces…

- Et je viens… d’ici ! Là ! Pas loin, enfin… quelque part ici !

Cette affirmation n’avait pas vraiment le mérite d’être compréhensible. Mais ce qui était fait, était fait… L’indien albinos songea alors que l’inconnu avait parlé de sa « planète natale ». Il vivrait sur une autre planète ? Scorpio avait du mal à y croire. Comment avait-il pu venir ici dans ce cas ? En se téléportant ? Le jeune homme trouvait cette idée assez inconcevable…


_________________


Scorpio fan club ? :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 avatar
 
 ₰ Prince
Messages : 68
--------------------------

--------------------------

Identité du personnage
Prénom du personnage: Elrikan
Métier: Prince héritier
Caractéristiques et relations:
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   Mer 7 Mar - 5:04


    Le jeune prince se détourna de son interlocuteur, quelque peu ennuyé. Il n'avait d'autre choix que de rester ici et la seule occupation possible s'avérait à discuter avec un inconnu. Un inconnu qui avait de la difficulté avec son parlé, de surcroît. La vie était injuste. Déjà que chacun de ses mots lui écorchaient la gorge – être d'une telle politesse le révulsait, mais en plus il devait maintenir la conversation! Si ce n'était que de son ancien lui-même, celui qui avait tranché et massacré des vies sans jamais éprouver une seule once de remords, il l'aurait d'or et déjà planter là. Au prix d'échouer en bas d'une falaise, s'il le fallait. Sincèrement, il préférait de loin la pensée de tomber dans un ravin que de continuer à parler avec l'androgyne. L'homme-femme qui, d'ailleurs, ne venait pas, semble-t-il, de sa planète d'origine. C'était d'ailleurs ce qu'il avait laissé sous-entendre en mentionnant la question s'il était d'ici. Il aurait peut-être dû mieux formuler sa question. Après tout, le/la jeune –homme ou femme, choisissez le terme qui vous convient- semblait déjà assez confus comme ça, il n'avait pas besoin d'y ajouter une couche. À chacune de ses questions, il avait remarqué que ses sourcils se levaient un peu plus haut à chaque fois. S'il comprenait les mots de ses phrases, il ne captait absolument pas le sens.

    Elrikan le vit méditer sur ses paroles, cherchant probablement une quelconque réponse. Il ne se l'avouerait pour rien au monde, mais il attendait la réponse de l'autre. D'une certaine manière, son étrangeté et sa confusion l'amusait. Il n'avait jamais rencontré un cas comme lui (ou elle, mais il penchait plus sur le ''lui'') et ça l'intriguait. Pour l'instant, ses réactions, parfois exagérées, le retenait assis. Il ne savait pas vraiment ce qu'il le retenait à proprement parler. Sa volonté de passer pour le sexe opposé? Sa langue natale plutôt étrange? Son incompréhension envers le prince? Ses cheveux violets? Peut-être E; toutes ses réponses.

    Il l'entendit prendre sa respiration, puis s'élancer;

      - Je ne sais pas ce que c’est, un « alman »

    …Ce fût à son tour de lever un sourcil étonné. Cet homme ne savait même pas ce qu'était un Allemand! À son âge, il savait ça et beaucoup plus encore. C'était presqu'impossible qu'il ne connaisse ce mot. À moins, évidemment, qu'il eut raison depuis le début; non seulement il ne parlait pas la même langue, mais l'étranger n'était pas non plus de la planète Terre. Ainsi, tout prenait son sens. Autant son ignorance que sa manière de parler. En plus de son léger accent. Léger étant surligner en vert fluo.

    Il aurait très pu se contenter de cette unique phrase. Elle confirmait ses hypothèses ou les infirmaient, mais l'important était qu'il avait la réponse qu'il avait demandé. Or, il ne semblait pas avoir fini de parler. Il cherchait encore ses mots. Pourtant, il aurait très pu s'arrêter là, Elrikan en aurait même été soulagé. S'il venait à lui poser une question dont il ne voulait absolument pas répondre, ça tournerait mal pour l'hybride violet. Il n'était pas fait dans la fine dentelle.


      - Mais c’est que la lune n’éclaire pas bien dans ce brouillard…

    Devant l'absurdité de cette phrase, son autre sourcil alla rejoindre l'autre. Il était complètement déconcerté par ce changement radical de sujet, bien que vrai. S'il voulait faire preuve d'une certaine intelligence, eh bien, il s'enfonçait royalement à l'opposé! S'il avait été capable de rire, ou du moins sourire, il aurait probablement été plié de rire devant son idiotie. Or, l'être glacial qu'il était n'éprouvait aucune de ses émotions ou réactions. Il en était tout simplement dépourvu. Il avait eut ses capacités, jadis. Plus maintenant. Dans ce qu'il lui servait de cœur, il n'y avait qu'un souffle glacial.

      - Et je viens… d’ici ! Là ! Pas loin, enfin… quelque part ici !

    Malgré le manque d'organisation de la phrase, il comprit globalement son sens. Il venait de cette planète sur laquelle il était en ce moment assis. C'était très accueillant comme endroit, pensa-t-il ironiquement, en lorgnant le paysage flouté. En y réfléchissant bien, le jeune homme s'était-il vraiment perdu sur sa planète natale? Alors là, il baissait gravement dans son estime! Déjà qu'il n'était pas très haut, là il était bien dans les négatifs! Bon, il avait tout de même l'excuse de la brume aveuglante. Par contre, comment pouvait-il expliquer le fait qu'il est sortit de chez lui par un temps pareil? Après tout, le brouillard ne se levait pas en quelques secondes! Il aurait eu trois fois le temps d'y repenser!

    …Oui, mais était-il vraiment mieux? Lui aussi, il était dans le même pétrin.

    Mais ce n'était pas de sa faute, il ne pouvait pas savoir! Il s'était téléporté sur une autre planète sans savoir si la situation météorologique était favorable. D'un côté, comment aurait-il pu savoir? Ce n'était pas comme s'il y avait une carte montrant la température et le temps de chaque planète à chaque point de téléportation… Il passa une main dans la fourrure soyeuse du lionceau, réfléchissant. Il finit par laisser tomber, de but en blanc;


      -Ah. Bien, d'accord. Pour ma part, je viens d'ailleurs et c'est un puissant mage qui m'a téléporté. Comme quoi, le monde recèle de surprises.

    Il se massa la nuque, sentant l'humidité commencer à s'infiltrer comme un vicieux serpent entre les mailles de ses vêtements. Il réprima un frisson tout en resserrant sa prise sur sa bête blanche; c'était une vraie fournaise sur pattes cette chose-là! S'il n'avait été aussi orgueilleux et avoir tendance à tout caché au monde, il aurait probablement serré l'animal contre sa poitrine avec force, comme un enfant le ferait avec un doudou. Mais il n'en fit rien. Parce qu'il n'était plus un gamin. Parce qu'il était lui.

      -Au fait…Commença-t-il avec un calme froid.Existe-il un moyen de quitter cet endroit en toute sécurité ou on doit impérativement attendre que le brouillard s'éclipse?

    Il grimaça à cette pensée. Attendre. Ici. Avec. L'autre énergumène. Tout ces mots, mis à part, ne lui faisait ni chaud ni froid. Or, une fois réuni dans la même phrase, il en avait des sueurs froides.


Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers-aastra.bb-fr.com/t84-elrikan
 
 
Contenu sponsorisé

 
MessageSujet: Re: Dans le brouillard... [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans le brouillard... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jour 3 : Dans le brouillard!
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï
» Au chant du coq, le brouillard se dissipe | Kassandra
» Derrière le brouillard...
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes d'Aastra :: .: Otawa :. :: Otawa :: La Grande Côte-