CalendrierAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionFAQ

Partagez | 
 

 Légendes des origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
 avatar
 
 ₰ Demi-Déesse
Messages : 332
--------------------------

--------------------------

Identité du personnage
Prénom du personnage: Akeza
Métier: Princesse Héritière de la Planète Khell' Anta
Caractéristiques et relations:
MessageSujet: Légendes des origines   Lun 5 Sep - 16:58







Beaucoup de gens pensent que le destin d'Aëwenta, a toujours été lié a celui de la Terre. Effectivement, de nombreux Astrans viennent de cette merveilleuse planète, souillée par des êtres cruels et sans pitié. Mais cette liaison, entre le système solaire d'Aastra et la Voie Lactée remonte a bien plus longtemps ... al'Aube de la Vie.

A l'aurore du monde, le système solaire d'Aastra n'était qu'une galaxie déserte, hostile et éloignée de tout. Elle avait été façonnée par deux divinités : Atlas et sa soeur, Djeïra. Atlas était un dieux que l'on décrivait comme une écharpe de brume bleue, tandis que Djeïra , elle, était une brume rougeatre. Cette brume était en fait leur ame, leur Shaa. Ils n'avaient donc pas de corps, ce qui les rendait a la fois forts et faibles. Djeïra ne connaissait pas autre chose que cette brume, et son frère non plus. Ils avaient créé une galaxie, mais n'arrivaient pas a imaginer autre chose. Alors ils commencèrent a s'ennuyer. Ce n'était pourtant pas le pouvoir, qui leur manquait, c'était l'inspiration. Puis un jour, la grande machine de l'évolution se mit en route, grâce a la grande déesse Djeïra. Cette dernière était constamment rêveuse, et perdue dans ses pensées. Elle réfléchissait, tandis que son frère s'ennuyait. Elle se demandait pourquoi est-ce que celui-ci n'arrivait pas a s'occuper. Et c'est alors qu'elle comprit, que celui-qui n'arrivait pas a communiquer avec son propre esprit, avait besoin de celui de quelqu'un d'autre. Djeïra fit ainsi une grande découverte, qui marqua le commencement de la création. Atlas avait besoin de quelqu'un d'autre. La grande déesse ignorait cependant comment transmettre ses gênes au vide pour faire apparaître quelque chose d'autre. Elle n'était après tout qu'une espèce de brume insaisissable. La déesse contemplait le vide, perdue dans ses pensées. Puis elle comprit, que si le vide était vide, alors il se pouvait qu'il ne fût pas vide, tout comme la lumière n'existait que grâce aux ténèbres. Le vide n'existait que grâce au non-vide. C'était des jumeaux opposés et essentiels. Alors elle se dirigea vers son frère.

-Atlas, je veux être réelle.

Le dieu, qui ne comprenait pas hocha la tête.

-Et alors, que veux-tu que j'y fasse ?

-Rends moi réelle.

Atlas réfléchit quelques secondes. Que voulait dire réel ? N'étaient-ils pas déja réels ? Il ne comprenait pas très bien, mais décida que pour commencer, Djeïra voulait être matérielle, sans doute, peut-être solide. Si sa soeur elle, comprenait pleins de choses incompréhensibles et compliqués, lui ne voulait absolument se casser la tête a réfléchir a des questions philosophiques, mathématiques ou chimiques. Il lui donna donc une forme solide, un corps. Un Na. Elle était désormais une sorte de machin diforme et rond. Puis le dieu se prit au jeu, et lui façonna des formes, il fit un visage, des courbes, jusqu'a ce qu'elle soit parfaite a ses yeux. Elle avait désormais la forme dont ils s'inspireront plus tard pour créer les humains. Elle possédait deux grands joyaux bleus, une bouche pulpeuse, un nez en trompette, et une longue chevelure rousse, qui coulait en cascade le long de son dos, jusqu'a ses petits pieds. Sa peau était blanche, laiteuse, et mettait ainsi en valeur la couleur rouge intense de ses lèvres et le bleu de ses yeux.

-Atlas. Je veux avoir des enfants.

Ils n'eurent pas a réfléchir, a chercher a comprendre comment marchait leur nouvelle forme. Ils surent instantannément comment donner la vie. Ainsi naquirent deux jumelles : Ena et Adissa, les Gardiennes. Atlas comprit alors, qu'elle avaient un Shaa, et un Na. Ainsi donc elles avaient un Shaana ( ceci donenra plus tard une insulte. Lorsque l'on crie Shaaaa, cela veut dire que l'on insulte l'âme de quelqu'un, si l'on cri Shaaaana, on critique la personne entière, et si c'est seulement Naaa, c'est au physique et au corps que l'on s'en prend ). Il essaya donc de les connaître, de comprendre leur Sha. Elles étaient très différentes de leurs parents, les jumelles gardiennes. Plus mûres, plus intelligentes et sérieuses, elles étaient les déesses parfaites, ce a quoi on pense quand on entend le mot divinité. Parfaites mais un peu ininteressantes tout de même. Ainsi donc, Atlas et Djeïra avaient des défauts, tandis qu'Ena et Adissa ne semblaient en avoir aucun. Elles comprirent tout de suite le principe du rien et du tout, de l'obscurité et de la lumière, et félicitèrent leur mère d'avoir songé a quelque chose de tel. Djeïra découvrit alors l'évolution. Avant, Atlas et elle n'étaient que des Sha, puis ils avaient évolués jusqu'a devenir des Shaana. Ena et Adissa étaient nées sans connaître le principe du rien et du tout, puis elles avaient évolués, grandit, comprit le principe. Grâce a la transmition du savoir de leur mère. Ainsi donc, les dieux n'étaient pas des êtres figés qui connaissaient tout dès leur création, ils étaient des changements, en constante évolution. Et ils comprenaient petit à petit leur pouvoir, apprenaient à le maîtriser. Atlas découvrit un jour, que le Na était une sorte d'enveloppe, qui permettait de protéger le Sha. Il décida ainsi de créer un Na différent de celui des dieux. Il fabriqua une amulette, dans laquelle il plaça une infime partie de son Sha.


-Ainsi, si mon corps ne protège pas bien mon Sha, il me restera cette amulette.

Maintenant qu'il existait autre chose que lui, il était conscient qu'il ne contrôlait plus tout. Il était conscient que ses deux filles pouvaient choisir de se révolter, de le renverser, de prendre le pouvoir. Alors il décida de les devancer. Il décida donc de les piéger avant d'être renversé. Il fabriqua une pierre qu'il colora d'une belle couleur violette, dans laquelle il emprisonna une partie encore plus infime de son Sha que celle de l'amulette. Il convoqua ensuite ses deux filles.

-Mes chères enfants, j'ai décidé de vous offrir en ce jour une partie immense de mon pouvoir. Je l'ai emprisonné dans cette pierre, il vous suffira d'exprimer un voeux, et de la briser pour avoir ce que vous voulez le plus au monde. Faites en bon usage.

Les deux gardiennes remercièrent chaleureusement Atlas, et le quittèrent pour observer le joyau. Le temps passait, mes les deux gardiennes ne semblaient pas vouloir renverser leur père. Un jour, Adissa décida d'explorer l'univers, d'aller plus loin qu'Aastra. Elle voulait voir ailleurs. Son père l'autorisa à partir, à la condition qu'elle devait revenir avec un présent à offrir à Djeïra. Adissa quitta la galaxie, et partit à la découverte d'ailleurs. Elle n'eut le temps de découvrir qu'une seule galaxie arrivée à terme. Elle fit la découverte d'une trainée d'étoile, qui cachait sa nudité et la faisait resplendir. Ainsi donc elle apprit comment créer une traînée d'étoile, et l'offrit à Djeïra de retour sur Aastra. Tout le monde soudain l'envia, et tous les dieux voulurent donc apprendre. Très fière d'être enfin la vedette, Adissa leur transmit son savoir. Quelques temps plus tard tout le monde sut créer la trainée d'étoile, et l'admiration des dieux pour Adissa disparu. Celle-ci le vécu très mal, et décida d'être plus puissante qu'eux, afin d'être respectée et admirée. Ainsi donc sa vraie nature fut révélée : la cupidité, le besoin d'être reconnue et admirée par les autres, Adissa n'avait décidément pas que de qualités. La jeune fille prit entre ses mains le joyau de son père, puis murmura doucement :

-Je souhaites, être la plus puissante de tous. Je veux voler le pouvoir d'Atlas, l'ajouter au mien et le renverser. Je souhaite qu'ils se prosternent tous devant moi, qu'ils me reconnaissent enfin.
Elle brisa ensuite la pierre, en la fracassant contre la traînée d'étoile de Djeïra. Ce qu'elle ne savait pas, c'était qu'Atlas lui avait menti : la pierre n'exaucait pas les voeux. L'infime pouvoir d'Atlas s'echappa de la pierre lorsque celle-ci se brisa, puis fit quelque chose que personne n'avait prévu. La magie se transforma en une planète. Une sublime planète, au centre de la traînée d'étoiles. Adissa, émerveillée, oublia ainsi tout désir de revanche, et ses parents, alertés par le désiquilibre magique vinrent s'extasier devant la création d'Adissa. Personne ne sut jamais quel fut son vrai voeux, mais la gardienne affirma qu'elle avait toujours souhaité faire une planète. Et enfin, elle fut admirée et respectée de tous.
Atlas offrit à Adissa l'immense honneur de nommer sa création.

-Aëwenta.

A l'aube de la Vie, les dieux acclamèrent la gardienne.


Atlas décida donc que cette planète était un berceau, et qu'il fallait y installer des enfants. Il utilisa donc sa magie pour créer d'autres dieux, chacun ayant pour but de l'aider à offrir des enfants à cette terre.
Serena, fit jaillire l'eau du désert, fit apparaître les mers et océans, ainsi que tous les animaux qui la peupleraient.
Azura, ajouta une athmosphère à Aëwenta, puis donna une couleur au ciel, qu'elle choisit bleu en hommage aux yeux de Djeïra. Elle décida que le ciel serait trnasparent la nuit, pour permettre aux enfants d'Aëwenta d'appercevoir les étoiles et les dieux.
Eukalîit fit apparaître une entité nouvelle : La Nature. Cette dernière fit apparaître la verdure et la Vie. Elle était le destin des enfants d'Aëwenta. La Nature était considérée comme une création d'Eukalîit, jusqu'à ce que les dieux comprirent qu'elle avait répondu à l'appel de celui-ci. Ils ne la comprirent jamais.
Astrée était plus abstraite que les autres, elle donna des sentiments aux enfants d'Aëwenta. Déesse des émotions, elle inventa l'amour, la joie, le bonheur, la paix.
Essindra, déesse de la manipulation, de la corruption, de la haine, de la vengeance et de la guerre était le parfait opposé d'Astré. Elle était sa jumelle noire, elle inventait l’opposé des idées d'Astrée pour leur permettre d'exister. Ainsi l'amour ne prit vie que lorsqu'Essindra eut créé la haine.
Enfin, la Nature fut considérée comme la sixième divinité, bien que tous les dieux soient conscients qu'elle était beaucoup plus.
Atlas créa les humains à son image, et la Nature leur permit d'exister. Pour s'accorder les faveurs des dieux, les Aëwens jurèrent fidélité aux divinités et les vénérèrent. Il y avait ainsi 4 grands dieux majeurs : Atlas et Djeïra, ainsi que leurs deux filles : Ena & Adissa - et 6 dieux des éléments : Serena, Azura, Eukâlïït, Astrée, Essindra et la Nature.

Le Codex Interdit


Des millénaires passèrent, et les humains évoluèrent, et impressionnèrent les dieux. Ils bâtirent d'immenses cités pour vivre, firent d'incroyables découvertes, et construisirent de gigantesques temples en l'honneur des dieux, qui rayonnaient de fierté. Aëwenta resplendissait. C'était désormais une sublime planète aux teintes multiples, entourée d'une trainée d'étoiles multicolores et époustouflantes. La diversité des paysages et des espèces était sa richesse. Dans le système solaire d'Aastra, 4 planètes différentes naquirent : tout d'abord Ottawa, suivie d'Aëwenta, puis d'Elbanaël et enfin de la Gloubiboulgie. Le soleil Pizza ou soleil Porc-Epic était au centre de l'univers, tandis que les planètes évoluaient autour de lui. Pour créer Aastra, il y avait de nombreux dieux, qui se divisèrent chacun pour former une planète : Temps s'occupa d'Elbanaël, Atlas et Djeïra d'Aëwenta, et les dragons de la Gloubiboulgie. Aastra était le fruit d'une union entre les différentes divinités de toutes les planètes, et cette union se retrouva dans la fraternité des Gloubis, des Elbaniens , des Aëwens et des Otaws. Les habitants des quatre planètes, étaient très unis, malgré les nombreuses guerres qui les opposèrent. Les divinités de toutes les planètes confondues créèrent un Codex, un livre témoin de leur pouvoir, renfermant les plus obscurs secrets des Créateurs. Ils le nommèrent le Codex Interdit : il n'était accessible qu'aux plus grands dieux. Parmi les divinités d'Aëwenta, seul Atlas, Djeïra et les deux gardiennes pouvaient le consulter. Il n'en existait qu'un exemplaire, détenu par les plus grands créateurs d'Elbanaël, de Gloubiboulgie et d'Aëwenta. Otawa fut mise à l’écart dès le début.













_________________
------------------
Souffrance déchirante et échos lancinants
Océan de noirceur et de solitude
Incapacité de se relever pour aller de l'avant
Inquiétude

Ce qui ne peut sortir des lèvres
Agonise dans le cœur
Douleur

.•° Akeza °•.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers-aastra.bb-fr.com/
 

Légendes des origines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Suivre ses origines
» légendes du pays des vikings... suite
» [Archive 2009] 10-11-12/04 Festival Trolls et Légendes
» [Archive 2011] Trolls & Légendes IV - 22, 23, 24 avril
» Quand les origines refont surfaces
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Mondes d'Aastra :: Système Solaire d'Aastra :: Lois et Informations sur le Système Solaire d'Aastra :: Informations sur Aëwenta :: La Mythologie-